Lectures


La brochure Vous êtes en deuil après suicide

Télécharger la brochure

APRES LE SUICIDE D'UN PROCHE

Docteur Christophe FAURÉ.
Paris, Albin Michel 2007.

Une personne que vous aimiez s'est donnée la mort et depuis c'est le chaos. Face au vide, à la détresse, à l'impuissance, où trouver la force de continuer à avancer – et d'abord de survivre au suicide de son compagnon, de son parent, de son enfant? Face à ce cataclysme les mots manquent d'autant que dans une société où la mort est tabou le deuil lié au suicide l'est encore davantage.

Christophe Fauré aborde tous les aspects de cette souffrance pas comme les autres : le gouffre de la culpabilité, la colère, le vécu dépressif et le désespoir, la tentation d'en finir à son tour, les difficultés dans la relation avec autrui, l'extrême solitude, le désarroi des proches...
A partir de très nombreux témoignages, qui sont autant de reflets de la diversité des situations, il s'adresse à celui qui reste lorsque l'autre est parti et à son entourage si démuni pour le soutenir. Ces paroles sur l'indicible sont là pour aider le lecteur non pas à oublier mais à nommer sa souffrance afin que la cicatrisation s'opère lentement en sachant que cette blessure ne guérira jamais tout à fait.

Christophe Fauré, psychiatre à Paris, est l'auteur de Vivre le deuil au jour le jour, Vivre ensemble la maladie d'un proche et Le couple brisé, de la rupture à la reconstruction de soi (Albin Michel).



LE DEUIL APRÈS SUICIDE

Michel HANUS
Paris, éditions Maloine, 2004.

Le deuil est porteur de risques lorsque la personne concernée était déjà fragilisée et que la relation était problématique; ce sont des complications de santé physique et morale et de comportement. Quand les circonstances de la mort sont dramatiques ces risques sont aggravés. Le suicide est, dans notre pays, la première cause de mortalité traumatique bien avant les accidents de la route. 11.000 morts environ par an dont 700 de moins de 25 ans mettent en deuil plus de 100.000 personnes chaque année.. Cette blessure ne se referme que lentement et la cicatrice en reste pour toute la vie. Le suicide, sa prévention en particulier par l'accompagnement des personnes en deuil, sont d'importants problèmes de santé publique. Ils sont plus encore de la responsabilité de tous les membres de la société.

Les personnes touchées par le suicide d'un proche et les professionnels concernés cherchent à mieux connaître les particularités de ces deuils? Mais, pour leur répondre, un retour sur quelques aspects déterminants des suicides et un rappel des risques, en particulier suicidaires, provoqués par le deuil sont nécessaires.

Accompagner les personnes en deuil près un suicide est, au plan des individus, un simple geste d'humanité et, au plan de la société, une démarche de prévention.

Une attention particulière a été apportée aux enfants, à ceux qui sont en deuil, à ceux qui se suicident et à ceux qui sont en deuil après un suicide.

Cet ouvrage conçu à partir de la pratique de plusieurs centaines de familles touchées par le suicide repose essentiellement sur le rappel des publications internationales surtout anglo-saxonnes.

Michel HANUS est psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie, Président de la Société de Thanatologie et de la Fédération Européenne Vivre son deuil. Il enseigne à Paris, en Suisse et à Montréal . Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la mort et le deuil.





Pour les Anglophones :



THE IMPACT OF SUICIDE

Brian L MISHARA 1995 New-York, Springer.

A prestigious group of internationally known contributors, including Robert Kastenbaum, Alan Berman and David Lester, among others, take an incisive look at suicide's effects on family, friends, and profesionals. Research data are supplemented by rich clinical experience on issues such as bereavement counseling, repeated suicidal behavior, and the impact of suicide on therapistes and garegivers, a topic that has almost never been discussed in the literature. This volume is a useful resource for researchers, clinicians, and other mental health profesionals, including family therapists, grief counselors, and clinical social workers.